Le site FFVoile des compétiteurs

Calendrier Classements Contact
Les actualités de l'Espace Compétition de la FFVoile

Drheam Cup 2022 : Un très grand millésime

La 4ème édition de la Drheam Cup / Grand Prix de France de Course au Large a tenu toutes ses promesses : météo exceptionnelle à Cherbourg-en-Cotentin et la Trinité-Sur-Mer, puis à la fois variée et complexe avec du petit temps mais aussi du vent fort, plateau de haut vol que ce soit chez les régatiers professionnels ou amateurs, et organisation saluée unanimement par les concurrents… Enfin, l’épreuve s’internationalise de plus en plus, et les victoires des Suisses (IRC équipage) et Britanniques (Ocean Fifty) en sont un bon exemple.

Le bilan par classe

 

Class40 : A Cherbourg-en-Cotentin, ils étaient 36 sur la ligne de départ, dont nombre de bateaux récemment mis à l’eau, et moultes skippers issue de la Solitaire du Figaro. Durant le parcours, l’épreuve servant aussi de qualification pour la Route du Rhum-Destination Guadeloupe, les ténors que sont Antoine Carpentier (Redman), Corentin Douguet (Queguiner-Innoveo), Yoann Richomme (Paprec Arkea), Ian Lipinski (Crédit Mutuel), Simon Koster (Banque du Léman), Amélie Grassi (La Boulangère Bio) ou encore Xavier Macaire (Groupe SNEF) ont régaté à couteaux tirés, poussant leur monture comme jamais dans la brise au portant après le passage du Fastnet. Pour sa première course en solitaire à bord de son tout récent Class 40 Groupe SNEF à l’étrave de scow, Xavier Macaire a impressionné en vitesse mais surtout dans la qualité de ses trajectoires, menant une majeure partie de la course, puis creusant l’écart à la fin de cette « véritable étape du Figaro » de 980 milles, pour s’imposer avec brio en 4 jours 3 heures et 7 minutes devant Corentin Douguet, le Suisse Simon Koster, Yoann Richomme, et Amélie Grassi, la seule femme engagée, auteure d’un course remarquable.

 

Figaro 3 : Il se nomme Basile Bourgnon, et est en train de se faire un prénom. Sur Edenred, associé au Méditerranéen Robin Follin, le fils du regretté Laurent, disparu il y a sept ans lors d’un accident de plongée a été époustouflant, menant la course de bout en bout sur les 600 milles d’un parcours semé d’embûches météo, une fois franchie la marque de West Shamble au Sud de l’Angleterre. Il a devancé le jeune lasériste Paul Morvan (Foricher -Fleur d’Ajonc) qui disputait sa première course à bord du monotype Beneteau associé à son père Gildas surnommé le « géant vert », et la prometteuse Charlotte Yven (Team Vendée Formation-Botte Fondation), qui avait fait le choix de disputer cette Drheam Cup en solitaire.

 

Ocean Fifty : Sur les six engagés, ils sont quatre à avoir mené durant les 1000 milles de la course, disputée en solitaire car qualificative pour la Route du Rhum Destination Guadeloupe. Le mano à mano entre Sébastien Rogues (Primonial) et Sam Goodchild (Leyton) a été de toute beauté, et a tourné à l’avantage de ce dernier après le passage de la bouée BXA en face de Royan. Il fallait voir les visages des marins après quasiment trois jours de stress intense, de frayeurs dans la brise ou au milieu de la meute de Mini 6.50 en course vers les Açores. Sur ces engins de 15 mètres capables de dépasser les 30 nœuds sur une coque, dormir semble juste impossible, et ces skippers – de vrais mutants – ont tous reconnu avoir dépassé leurs limites. Erwan Le Roux (Koesio) a pris la troisième place devant le jeune Quentin Vlamynck (Arkema) qui disputait là sa première course en solitaire.

 

IRC équipage : A voir les cv des équipiers du bateau suisse Kuka 3, un Cookson 50 construit en Nouvelle Zélande et mené par un équipage composé en majorité d’Italiens mais aussi de l’Australien Mitch Booth, double médaillé olympique et skipper du géant Comanche, il n’est pas vraiment surprenant que ce bateau ayant tout gagné en IRC ait ajouté la Drheam Cup à son palmarès. Son propriétaire-skipper Franco Niggeler tenait à mettre à son programme cette désormais incontournable épreuve, et enchanté de l’organisation, de la météo et de la régate, a annoncé qu’il reviendrait défendre son titre. Les Français Nicolas Groleau (BT Blue) et Philippe Frantz (Albator) ont brillé et rejoignent le podium devant 23 équipages.

 

IRC double : Ils se disaient moins à l’aise que les Bretons et Normands dans les cailloux et les courants. N’empêche, les Marseillais Ludovic Gérard et Nicolas Brossay (Solenn for Pure Ocean), récents vainqueurs de la 1ère édition de la Cap Martinique en mai dernier, ont à nouveau parfaitement régaté sur leur JPK 10.80, s’imposant devant Louis-Marie Dussere et Bruno James (Raging Bee 2).

 

Ultime et IMOCA : Suite à la défection l’avant-veille de l’épreuve de Sodebo Ultim 3 (Thomas Coville) et Maxi Edmond de Rothschild (Charles Caudrelier), SVR Lazartigue skippé par le jeune Tom Laperche, en l’absence de son skipper François Gabart souffrant de la Covid, a bouclé le parcours de 1000 milles à la belle moyenne de 18 nœuds. 
Pour Louis Duc (Fives – Lantana Environnement) qui a passé son enfance à Cherbourg-en-Cotentin, il était inconcevable de ne pas disputer la Drheam Cup / Grand Prix de France de Course au Large, même comme seul Imoca. 

 

Multi 2000 : Il y a dix ans, Oren Nataf n’avait jamais mis les pied sur un bateau. Lors de sa 1èreDrheam Cup / Grand Prix de France de Course au Large, cet amateur pur jus, et qui dispute aussi des courses automobiles sur des voitures d’époque, a non seulement remporté l’épreuve dans sa catégorie, mais est arrivé premier au scratch, et comme disent les Anglais avec « the line honors ». Il faut dire qu’il était bien entouré, avec comme équipier un certain Sidney Gavignet, l’un des marins français les plus expérimentés sur une deux ou trois coques.  

 

Multi Rhum : C’est l’une des très rares ombres au tableau de cette 4ème Drheam Cup / Grand Prix de France de Course au Large. Alors qu’il menait la course depuis le début sur son catamaran ORC 50 Lodigroup, Loïc Escoffier a chaviré au large du Fastnet, suite à un décrochage de son pilote automatique. Le Malouin a été hélitreuillé sain et sauf par les garde-côtes irlandais dans des conditions météo difficiles. Et c’est l’un des vétérans de la course au large hexagonale depuis plus de 40 ans, Marc Guillemot sur un catamaran de 50 pieds qu’il a construit avec beaucoup de pièces récupérées sur d’anciens voiliers de course au large, qui s’est logiquement imposé.

 

Rhum Monos : Pour ses 60 ans, Catherine Chabaud s’est lancé un défi, celui de disputer la Route du Rhum-Destination Guadeloupe, vingt ans après avoir arrêté la course en solitaire. Sur Formatives Network, l’ancien bateau avec lequel elle a été la première femme à boucler le Vendée Globe classée (en 1997), la députée européenne a avoué avoir souffert physiquement sur les 980 milles du parcours, s’est non seulement qualifiée pour la transat, mais l’a emporté dans sa classe devant Guy Pronier (Terranimo).

 

Grands monocoques : Sur l’impressionnant Pen Duick VI de son illustre père et avec lequel elle veut disputer l’an prochain la course autour du monde pour les 50 ans de la Whitbread, Marie Tabarly et son équipage d’amateurs, ont remporté en temps compensé et avec brio cette Drheam Cup / Grand Prix de France de Course au Large devant Challenge Ocean skippé par Valdo Dhoyer.

 

Résultats complets : https://drheam-cup.com/resultats/resultat/